• Vitaé

Et si on vivait l'après-confinement avec un nouveau départ!



Belle interrogation que l'on se pose!

Et si l'on pouvait changer nos vœux en actes? profitons de cette introspection qu'apporte ce confinement pour remettre en question notre société de consommation et voyons notre vie reprendre un vrai sens.


1- L’humain reprendra enfin sa place, on se verra moins mais on se verra mieux!

Qui n’a jamais pesté dans une réunion où chacun a les yeux rivés sur son écran, où chacun vaque à ses occupations personnelles plutôt que de mettre sa présence au service du groupe ?

La crise que nous traversons montre à quel point se voir en chair et en os est précieux. La présence physique a la primeur sur toutes les autres interactions. Cette crise démontre aussi combien les interactions humaines sont multiples, profondes, nécessaires au développement individuel et collectif.

Nous pourrons percevoir désormais encore mieux la valeur d’être présent physiquement, les personnes valoriseront davantage les compétences humaines, l’empathie, la capacité de transmettre, l’engagement, la prise de parole, l’accompagnement amical… Cette crise nous montre que le plus grand capital, c’est le capital l’HUMAIN.


Notre famille, nos amis ou collègues amenés à s’auto-motiver pendant le confinement assumeront leur singularité.

Que cette crise nous a permis de réveiller notre capacité de résilience pour s’adapter à des situations.

Il va falloir apprendre à exprimer sa singularité, communiquer avec bienveillance, se sentir fort de ses talents et ainsi plus proactif et plus souple.


2- Chacun cherchera sa place dans cette transformation accélérée.

La sortie de crise questionne notre organisation du temps de travail, en terme de rythme et de vitesse. Ce qui était urgent hier sera revu pour ne garder que l’essentiel et revoir nos priorités vers ce qui apporte du sens et de la cohésion. Il ne s’agira pas de se désinvestir du travail mais au contraire d’y apporter plus d’implication émotionnelle, loin d’une gestion très normative du temps et des activités que nous mettions en œuvre bien souvent selon Maya Sérigne.


Cette pandémie nous ouvre les yeux sur de vraies questions que chacun doit se poser : ce que je fais est-il utile à la société ? Ce que je fais me plait-il ? Ma vie de couple et de famille me comble t'elle?

En cette période de confinement, nous pouvons ressentir différentes émotions et passer par d’impressionnantes montagnes russes émotionnelles. Un yoyo permanent… Mais cette période est aussi, de fait, une période de recentrage sur soi et peut constituer, en terme de résilience, une opportunité de réfléchir à sa vie, qu’elle soit personnelle ou professionnelle.



Par ailleurs, la réduction soudaine de nos émissions polluantes, la reprise des territoires par les animaux vues dans les médias nous invite à développer de nouvelles réflexions pour réduire surconsommation, surproduction et repense à modifier notre quotidien pour une vie plus écolo car nous faisons partie de cette nature, nous ne sommes pas au dessus.


3-Le confinement impose aussi une réflexion sur le passé, le présent et surtout l’avenir.

Il peut faire surgir des questions fondamentales :


· Suis-je bien à ma place dans cette société ?

Ai-je fais les bons choix professionnels ?

· Mon travail a-t-il (toujours) du sens ? Ce télétravail m'a ouvert les yeux! Ou encore cette période de chômage partiel ne me donne plus envie? Ou même encore là où je vis ne me conviens plus!

· Ai-je envie de changer les choses, en reconsidérant mon rôle là où je travaille, en changeant de voie, ou dans mon couple cette promiscuité me confirme que je ne veux plus vivre avec mon concubin ou mari! Même aussi pour certains la confirmation que votre couple est solide et qu'un engagement est possible!


Voici 3 clés pour poser les premiers éléments de ces réflexions :


· Tout d’abord, vous pouvez commencer par faire votre « balance personnelle » : il vous suffit d’une feuille blanche et faites une colonne des « plus » et des « moins » de votre situation professionnelle » ou personnelle.

· Etudiez ensuite les « moins » et essayez de voir comment vous pourriez les changer. Avez-vous une marge de manœuvre pour les transformer en « plus ».

· Le confinement peut enfin être l’occasion de s’adonner à des exercices d’introspection et de réflexion pour retrouver sa juste place dans ce monde en pleine mutation. Vous pouvez, par exemple, réfléchir à votre Ikigai* ou encore réaliser l’exercice du carré de vie*.












Faites l'expérience de ces outils pour réecrire votre futur post-confinement!


Stefnaturo de vitaé








l'après confinement#humain#écolo#sens

20 vues0 commentaire
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now